qui lo sa ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

qui lo sa ?

Message  jean le Dim 6 Mar - 15:58

1.Je vous ferai certainement un jour un exposé sur les plp parcours littéraires personnels: comment tel livre s'est imposé à vous et vous a orienté vers un autre et comment d'arbre en arbre vous avez progressé sur la canopée de cette grande forét magique ( par exemple j'ai sauté de Thomas More à Erasme parce que c'était son copain , Thoreau s'est imposé parce que 2 livres récents (dt un de David Lodge je crois ) parlaient de lui puis amazon (tiens la voila ma forèt ) m'a suggéré Walden 2 etc )
2.A travers nos choix littéraires un observateur perspicace pourrait discerner des facettes de notre personnalité ou des évenements de notre vie privée :2 de mes filles ont besoin d'argent , je parle du pére Goriot ; tel admirateur de Cyrano et de Superman souffrirait il en silence d'un micropénis (de mème Hitler était monorchyte tiens acheter un bouquin sur les maladies des personnages histeriques)
la littérature est-elle une béquille pour la vie ? doit-on avoir honte de ses lectures ?
3.Ne pas parler de politique aux réunions peut sembler un bon choix mais personne ne peut renier ses convictions et ses engagements.qui transpirent dans ses propos et le fait de rendre des sujets tabous serait pour le club son processus d'autodestruction (comme nos cellules ont le leur )
4.en vrac entendu à la radio ou ailleurs :
le philosophe créé des concepts , le peintre des percepts , le musicien des affects
comment révait-on avant le cinéma ?
la biographie d'Hessel : je croyais que c'était un examen de laboratoire
Epicharme : souviens toi de te méfier

jean
Invité


Revenir en haut Aller en bas

PLP

Message  Barbara le Mar 8 Mar - 12:03

Bravo Jean pour ce superbe post. J'adore le lapsus - la coquille, c'est un lapsus écrit, n'est-il pas ? - sur les personnages hystériques.
Le plp, c'est comme dans la vie. Parfois on est très volontariste, parfois on se laisse porter. En ce moment, je lis "Nous les noyés". D'aucuns en tireraient des conclusions. Erronées il me semble, mais ça mériterait peut-être (psych)analyse !! Et pendant les pauses, "Il faut prendre le taureau par les contes", livre disque d'un conteur Québecois, Fred Pellerin, de St-Elie-de-Caxton. Un régal absolu.
Au rayon des p'tites phrases entendues, celle-ci, de René Char, qui rejoint tes considérations sur le partage des opinions politiques (mais ça, faudrait qu'on en reparle, parce qu'on peut en mettre des choses dans cette locution) :

Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.

Barbara
Admin

Messages : 17
Date d'inscription : 27/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://22vlalecercle.forumgratuit.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum